Des MOOCs à l’université libérée!

Aujourd’hui, nous rencontrons de plus en plus des articles ou des reportages ayant pour sujet « l’entreprise libérée » si chère à Isaac Getz. En parallèle, l’internet des objets et des réseaux sociaux se développe à une vitesse exponentielle. Ces deux phénomènes ne peuvent-ils pas nous conduire à des « universités libérées » ?

crowd learning

Nous sommes entrés dans l’ère du crowd learning, des formations, des mises à disposition de connaissance par la foule pour la foule. Cette tendance conduit à la création d’un véritable Big Data de la connaissance universelle, sorte de grande bibliothèque d’Alexandrie digitale. Elle s’appuie sur l’apparition des réseaux sociaux vidéo comme YouTube sur lequel chacun peut enregistrer une vidéo et la publier et aux supports de vidéo-conférence et des Moocs, outils développés par les ‘Open university’ pour permettre aux personnes à mobilité réduite de suivre les cours dispensés.

Approfondissons notre réflexion, que pourrait-être la mise à disposition des connaissances avec l’avènement des objets connectés et de la réalité augmentée ? Imaginez vous en train de visiter Versailles et de rencontrer Louis XVI, de discuter avec lui et d’expérimenter l’Histoire. Aujourd’hui, les technologies peuvent nous permettre de telles réalisations. Des voitures connectées pourraitent nous apprendre l’histoire des lieux que nous traversons, ou nous analyser un sujet d’actualité en recherchant tous les articles sortis et en nous faisant un résumé. Nous sommes à l’aube de l’ère de la connaissance accessible en permanence, véritable opportunité pour les universités d’innover leur positionnement et leur fonctionnement.

Les universités doivent alors non plus enseigner, mais faciliter l’expérimentation des étudiants. Le rôle de l’enseignant sera celui d’un facilitateur, accompagnant l’étudiant dans sa démarche, mettant à disposition des outils et des méthodes, une relation basée sur l’échange réciproque, un véritable pont entre chacun des étudiants (nouveaux et anciens). Finalement, plus besoin de salle de classe et d’amphithéâtres, les rencontres peuvent se faire dans des endroits plus propices et plus conviviaux…

Ainsi, les universités peuvent se libérer de leur carcan qui les éloigne de plus en plus du monde industriel et entrepreneurial actuel et devenir l’acteur majeur dans l’apprentissage par l’expérimentation, véritable vecteur pour l’innovation.

L’université libérée est le facilitateur de l’expérimentation et de l’innovation.

Cette réflexion mérite sans doute d’être approfondie. N’hésitez pas à partager vos réflexions en postant vos commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s